février 2014
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728  

Commentaires récents

Résultats du jeu et petits travaux

On va la faire juste en français cette fois vu que tous les participants du jeu manient la langue de Molière…

Mais pour faire durer le suspense un chouilla, on va commencer par raconter nos 3 jours hors de l’eau. Comme vous avez pu le voir sur la photo de l’article précédent, Schnaps a été sorti pour se faire refaire les dessous. Il faut dire que, surtout au niveau de la ligne de flottaison, l’antifouling s’écaillait, ce qui donnait un résultat visuel peu engageant. La faute aux artistes-peintres qui n’avaient pas suffisamment poncé il y a un peu plus de 2 ans, sûrement…

Paul vérifie la qualité des cales à poncer dans lesquelles ses parents ont investi

Paul vérifie la qualité des cales à poncer dans lesquelles ses parents ont investi. Rappel pour les personnes frileuses de l’hémisphère Nord : c’est l’été ici…

Evidemment on a eu des surprises en préparant la coque, en l’occurrence des petites cloques qui heureusement ne sont pas de l’osmose mais qui nous font dire que la prochaine fois il va falloir peler la coque pour enlever une couche d’apprêt époxy qui a été mise sur un Schnaps qui n’avait probablement pas eu le temps de sécher autant qu’il l’aurait fallu (la faute à la météo Dunkerquoise un brin humide, ou au temps disponible, on connaît ça) et a probablement enfermé un peu d’humidité. Bref, c’était un peu frustrant de mettre nos 2.5 couches d’antifouling sur une coque pas super bien préparée, mais on n’était pas logistiquement prêts à garder Schnaps hors de l’eau pendant 3 mois pour le poncer à fond et le laisser sécher. C’est que le hissage du mini-matelot sur un bateau hors de l’eau, c’est pas super pratique…

La coque poncée et la ponceuse tachée

La coque poncée et la ponceuse tachée

 

Le ponceur n'a pas l'air beaucoup plus propre...

Le ponceur n’a pas l’air beaucoup plus propre…

Au niveau de la quille, Tomtom a dégommé le mastic qui ne protégeait presque plus les endroits rouillés, on a traité la rouille et re-mastiqué avant de peindre. Des petites interrogations sur un ou deux écoulements couleur rouille autour du joint avec la coque, mais Tomtom est revenu rassuré après avoir geeké sur comment se fait la liaison quille-coque sur un bateau comme le notre. De toutes façons il y a 20 boulons de quilles sur Schnaps, chaque boulon étant capable de tenir 5 quilles, donc ça tiendra jusqu’au décapage de la coque qui nous permettra un diagnostic plus fin dans 2-3 ans.

La coque poncée avec des patch de primaire là où on a poncé les cloques du primaire précédent

La coque poncée avec des patchs de primaire là où on a poncé les cloques du primaire précédent et aux endroits remastiqués

On s’est un peu amusés avec Tomtom à nettoyer l’entrée d’eau du moteur, une crépine formée d’une grille fine colonisée par les coquillages, en attaquant au tournevis par-dessus après avoir démonté le tuyau, et par-dessous pour évacuer les miettes de coquillages… Et tant qu’à avoir la tête dans le moteur et son circuit de refroidissement, la boîte à eau a eu droit à un nouveau joint et une nouvelle vis pour remplacer celle mangée par la rouille.

Outre la peinture de la coque, on a fait faire la peinture de l’hélice (oui vous avez bien lu, pour une fois, on a « fait faire » !!!). Un bon gros nettoyage pour enlever jusqu’au plus petit bout de coquillage avec les outils appropriés – on n’a jamais vu notre hélice aussi belle, et c’est fou l’effet que ça fait sur la maniabilité du bateau – et un revêtement spécial de Propspeed, peinture au silicone spéciale hélices qui n’est pas vendue sans la prestation du peintre, ceci expliquant pourquoi on a « fait faire ». On verra à l’usage ça marche comme annoncé …

Au passage, un changement d’anodes bien mérité et surtout la trouvaille de Tomtom, un vendeur d’anodes 3 fois moins cher que Burnsco (le AD local) et qui fait même les anodes spéciales pour embouts d’arbre Bénéteau.

Oh la belle hélice ! Oh les belles anodes ! Oh le bel antifouling (de loin...) !

Oh la belle hélice ! Oh les belles anodes ! Oh le bel antifouling (de loin…) !

Le presse-étoupe a bénéficié d’un dégommage de la vieille étoupe et de la pose de 3 anneaux de tresse toute neuve qui sent bon le chanvre et qui étanchéifie la liaison entre l’arbre moteur et le tube  d’étambot avec une efficacité terrible. Même pas besoin d’installer la nouvelle pompe de cale censée aller chercher les dernières gouttes au fond de la cale moteur, il n’y a plus de gouttes du tout, même avec les écrous du presse-étoupe desserrés à fond.

Dernier mini-chantier, les vannes sur les passes-coques des toilettes. Hum, on n’a pas fait les fiers en se rendant compte que l’une des vannes est partie très facilement en commençant à la dévisser (il ne lui manquait pas grand-chose pour se dévisser toute seule, heureusement qu’on a pris soin d’elle à chaque fois qu’on l’actionnait). Quant à la vanne d’évacuation, on ne s’était pas rendus compte en démontant les toilettes et les tuyaux une quinzaine de jours auparavant qu’on était allés trop loin dans le démontage et que la boule de la vanne n’était absolument pas bloquée. Ça a tenu grâce à la crasse… Pour ceux qui ne sont pas familiers des vannes des toilettes, elles ferment des passes-coques qui sont simplement des trous dans la coque sous le niveau de l’eau. Vanne qui saute inopinément = le bateau se remplit d’eau de mer. Blub blub.

Mais maintenant on a de belles vannes (dont une toute neuve) et elles sont bien orientées pour accueillir le nouveau positionnement des toilettes qui va nous permettre l’installation d’un réservoir à eaux noires amovible.

Voilà. C’est tout pour ces trois jours. Vive la crèche qui s’est bien occupée du moussaillon sur 2 jours !

Donc, sinon, tout ça pour en venir aux gagnants du jeu. Les gagnants sont…

  • nous, parce qu’on a eu plein de commentaires et c’est rigolo les commentaires. Merci beaucoup à tous d’avoir joué !
  • Ange et Bo, suivis de très près par Tristan et Stéphanie

Car le poids annoncé par le travelift est de 11 tonnes, tout pile. Xavier, on te laisse voir directement avec le chantier pour le certificat de calibration.

On avoue avoir bien rigolé avec des poids en-dessous de 8 tonnes – mais quelle partie de Schnaps a-t-on perdue ??? – mais il y a un biais que les habitués des bateaux ont pu plus facilement prendre en compte que les non-navigateurs (ceci dit on remercie les derniers d’avoir joué aussi, ça nous permet de savoir ce qu’on peut vous préciser !). Donc, sur un Schnaps sortant de chantier, il n’y a pas tous les bouts qu’on a à bord, pas le portique, pas la capote, pas tous les équipements de navigation, pas la quantité astronomique de pièces de rechanges, pas les 3 ancres ni les 50+20+ des broutilles mètres de chaine, pas les outils, pas les livres, pas les ustensiles de cuisine (casseroles, couverts, mais aussi galettoire, gaufrier, robot mélangeur, blender, machine à pain, etc),  pas la machine à coudre, pas tout le bazar accumulé par le Schnapsipage, enfin bref, 8 tonnes c’est vraiment un bateau tout nu (encore que comme disait Tristan, on ne les a jamais). De là à se rendre compte qu’il y a 3 tonnes de plus que quand il est sorti du chantier… on avoue qu’on pensait être un brin plus légers, on aurait peut-être perdu, à ce jeu !!

Et ça veut dire qu’un Schnaps prêt à aller traverser un océan doit dépasser allègrement les 12 tonnes… Sacrée bête !!


Cet article en PDF


3 commentaires pour Résultats du jeu et petits travaux

  • Ange & Bo

    Youpiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !

    On a gagné !

  • papaM

    Désolé, j’ai complètement oublié et raté le prix, car c’est ce que je voulais proposer, bien sûr, 11 tonnes exactement !

    Mais quel travail, vous devez être satisfaits d’œuvre accompli et être tranquilles pour quelques années.
    J’admire ce que vous aviez entrepris, mais finalement, moi je suis aussi content d’avoir fait mon abri contre l’eau du haut et vous, du bas …
    La création d’un programme informatique contre les coquillages en vue ?
    PapaM

    • Be non justement on n’est pas très contents parce qu’on sait qu’on n’a pas fait le travail principal – repeindre la coque – « comme il faudrait », car on n’avait pas prévu la logistique derrière. Mais bon, ça ne va pas nous empêcher de dormir pour autant, ni de naviguer un peu …

Envoyer un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>