mars 2021
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Commentaires récents

Une semaine de boulot intense

Aux dernières nouvelles, Tomtom partait pour une semaine intensive de travail au chantier. Objectif : que Schnaps puisse monter sur le camion, passer sur le travel lift, se poser dans l’eau sans fuite, et rejoindre sa place au yacht club.

On s’était dit que Tomtom pourrait revenir passer le week-end à Auckland avant le chargement lundi matin. Malgré de longues heures et des efforts intenses, la todo list en a décidé autrement.

Au menu – sachant que je ne peux raconter que ce que j’ai en photo ou que Tomtom a noté sur la todo liste ou dont il m’a parlé, je suis sûre qu’il y a d’autres choses qu’il n’a pas notées :

  • Faire des courses sur la route pour récupérer le waterlock, des vis, de l’huile pour la transmission et pour le guindeau, du silicone, des pinceaux, de la colle, et d’autres trucs à droite à gauche
  • Faire la route jusqu’au chantier
  • Réparer un poc sur l’hélice, poncer, positionner le coupe-orins, préparer l’application du propspeed (l’antifouling spécial hélice, ils ont une super vidéo d’explication sur youtube mais ils ne mettent pas de notice dans la boîte, c’est ballot), appliquer le propspeed en respectant des limites de temps entre deux couches assez réduites

    Selon les dires du fabricant de peinture, « Now you can launch your boat with confidence ». Oui mais en fait non : il y a encore 2-3 petits trucs à faire.

  • Installer les vannes / tuyaux / équipements sur tous les passe-coques de façon étanche, pester sur les coulures d’époxy dans le passe-coque qui empêchent le sondeur de passer dans son trou
  • Faire des touches d’antifouling sur les parties de la coque ou du safran qui ont besoin d’un peu plus d’antifouling
  • Mettre en place la barre et le système qui transmet les mouvements de la barre à roue au safran (c’est mieux pour diriger Schnapsou). Pas facile du tout, surtout quand on est tout seul.

    La colonne de battre, sans le compas pour le moment

  • Mettre en place la barre franche de secours
  • Installer la petite batterie et le chargeur, les connecter
  • Mettre en place la commande de moteur
  • Mettre un peu de gasoil dans le réservoir, amorcer le moteur
  • Remplir le circuit de refroidissement du moteur
  • Installer le nouveau filtre à eau de mer pour le refroidissemet
  • Remettre en place la pompe à eau de mer dans son boîtier avec joint capricieux
  • Remplir l’huile de la transmission moteur
  • Changer l’huile moteur
  • Faire souder la pièce pour finir le coude d’échappement et le mettre en place

    Le nouveau coude d’échappement

  • Mettre en place le waterlock

    Ça c’est de l’optimisation de l’espace dans les cales. Avant, le (vieux) waterlock (rafistolé) dépassait en hauteur et était couvert par une marche, ça prenait de la place.

  • Tester le démarreur du moteur (ça marche Big Smile
  • Mettre en place et brancher la pompe de cale (on sait jamais)
  • Boucher les petits trous qu’on a faits sur le pont (par exemple pour mettre le rail de génois, le rail de génois peut attendre après le transport, mais on ne va pas laisser de la pluie s’infiltrer !)
  • Positionner temporairement le panneau de commande du moteur avec du silicone
  • Connecter les tuyaux de collecte d’eau de pluie pour qu’ils ne remplissent pas le bateau
  • Peindre les bidouillous en plastique qui vivront sur le pont ou dans le cockpit pour les protéger des UVs

    La peinture sèche

  • Remettre en place les taquets (ça inclut démonter les tiges filetées bien ancrées dans les taquets, mais trop courtes pour traverser le pont maintenant, et c’est une sacrée paire de manches), époxyser le pont à l’endroit où ils sont fixés
  • Avancer  le travail sur le capot du carré et le rendre fixe (enfin, démontable de l’intérieur seulement). Résine, ponçage, résine, ponçage, résine, ponçage, etc etc. La peinture intérieure ça sera plus tard.

    Résine

    Ponçage

    Mise en place – au millimètre ! C’est lourd ce machin-là, le mettre sur le pont c’est pas une partie de plaisir…

    Re-résine

    Changement de couleur pour la poudre qui va dans la résine

    En place, démontable seulement de l’intérieur

  • Remettre en place le capot de la descente et ses rails

    La porte de la descente et son capot

  • Remettre les chandeliers et les filières (on les remplacera par du dyneema et des filets pour rattraper outils et jouets, là Tomtom a remis le câble d’avant, c’est beaucoup mieux que rien du tout !)
  • Remettre la chaîne et son ancre dans la baille à mouillage
  • Fixer le capot de la baille à mouillage

    Le couvercle de la baille à mouillage est attaché au pont, et tout le mouillage est à sa place !

  • S’assurer qu’on a bien toutes les pièces dont Schnaps a besoin
  • Regonfler la couille de loup (l’énorme pare-battage pour les non-initiés) – commencer par trouver comment faire, c’est pas intuitif
  • Caler tout ce qui part avec Schnaps au fond des cales / de façon à ce que rien ne bouge pendant le transport
  • Ranger tout ce qui reste dans le container en attendant qu’on vienne chercher notre matos en camion
  • Arranger les derniers trucs à faire sur le mât avec le gréeur, planifier le transport du mât
  • Faire des courses pour des appros qui manquent
  • Acheter un extincteur et le mettre dans le bateau pour que l’assurance soit valide (on en avait déjà deux mais périmés en théorie)

Bref, il est trop fort ce Tomtom !

De mon côté:

  • la routine enfants – boulot – enfants – dodo
  • du soutien moral (mais moral seulement, ç’aurait été chouette de pouvoir faire plus) pour Tomtom qui travaille à fond
  • la finalisation de la nouvelle assurance juste à temps pour le transport : on a décidé que notre ancienne assurance au tiers et pas très prometteuse ne suffirait pas. La paperasse, c’est le pied.
  • la logistique pour la mise à l’eau de Schnaps, recrutement d’un copain qui pourra pousser Schnaps en grosse annexe si le moteur n’est pas complètement opérationnel, organisation d’une baby-sitter pour récupérer les enfants après l’école parce qu’on rentrera après 17h30
  • la couture de la housse du dernier coussin pour la table à cartes, pour lequel il me manquait un peu de tissu
  • des négociations pour avoir un bout de container au yacht club pour stocker nos matériaux de bricolage, c’est pas encore gagné…

Cet article en PDF


3 commentaires pour Une semaine de boulot intense

  • Odile - Mamidile

    Mes encouragements et félicitations suffiront ils à dissiper fatigue et tension pour la nouvelle étape de Schnaps ? J’en doute. Je suis presque étourdie par l’ampleur de ce chantier. Je suis émue, simplement, ainsi tout le monde sait à quel point je « palpite » avec vous ! Bon courage, enthousiasme, toujours, aussi bien accompagnés que possible quand il le faut, pour la logistique familiale en particulier. Affectueux bisous !

  • François TABARY

    Bientôt la fin d’un très gros boulot, la remise à neuf de Schnaps. Vous savez vous donner les moyens de vos objectifs. Respect ; ça donne du sens à ce qu’on fait, un modèle pour les moussaillons.

    • Clairette

      Oui enfin des fois les objectifs sont un peu délirants et il faut aussi être capable de décaler pour faire le travail 1. bien et 2. sans se tuer à la tâche. Donc pour les travaux de préparation pour la vie à bord, on va prendre un peu plus que 2 semaines :)

Envoyer un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>