avril 2019
L M M J V S D
« Mar   Mai »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Des vacances avec Schnaps !

Pâques tombe assez idéalement à quelques jours de ANZAC day (une journée pour se souvenir des gens tombés au combat) ce qui donne une saison propice aux ponts et à 10 jours de vacances.

Petite escale à Whangarei où se trouve Obélix, le bateau que nos amis ont acheté, et qui s’est fait peler la coque comme Schnaps. Un beau vieux bateau, de belles aventures en perspective pour nos amis – en commençant par des travaux, parce que voyager en bateau c’est d’abord faire de la maintenance dans des endroits exotiques.

Première vraie étape des vacances : un séjour de quelques jours à Oromahoe où Schnaps nous attend. 3 jours et demi devant nous, donc une todo liste généreuse, qu’on a néanmoins réussi à terminer !

La todo liste après 3 jours de boulot : on a fait pas mal de choses ! Mais on continue à en rajouter…

On a retrouvé un Schnaps à la coque toute pelée : sa coque a été rabotée sur 3 mm, ce qui a suffi pour se débarasser de quasiment toutes les traces d’osmose. Un travail bien propre, ça valait le coup. Les filières avaient été retirées, le rail de fargue était à moitié démonté, la plupart de l’accastillage de pont enlevé, les hublots de la cabine arrière disparus, la paroi de la baille à mouillage dégommée, le teck des bancs et du pontpont du cockpit évacués. [Le pontpont c’est le bridgedeck mais on parle français sur Schnaps donc en traduction littérale ça fait pontpont].

La coque de Schnaps toute pelée

Pour ce qui est de notre contribution aux travaux, on a continué le démontage, qui s’apparente à de la destruction à certains endroits, et ça pourrait être un peu déprimant de voir qu’on contribue à mettre Schnaps dans un état peu glorieux (Margo est venue faire un petit tour et elle a trouvé que la coque et le pont à nu, couleur moisi foncé, de sa chambre n’étaient pas du meilleur goût, certes… c’est pour pouvoir y mettre de l’isolation et un revêtement plus joli…). Mais j’arrive à imaginer ce qu’on rend possible avec tous ces démontages, ce qu’on se promet en mettant au feu les anciennes étagères de la salle de bains et de la cuisine, en découvrant tout l’espace qu’on pourra mieux utiliser au niveau de la table à cartes. Ça va être trop bien.

Pour les démontages non destructifs, on a enlevé le matereau sur la jupe, l’échelle de bain, les ferrures sur la jupe, la pompe de cale manuelle,les winches (qui ont eu droit à un nettoyage poussé à l’essence sous les yeux curieux de Paul qui apprécie les engrenages et les cliquets), le safran et ses paliers, débranché des tas d’équipments électroniques. Tomtom a fait tout un atelier moteur, échangeur, transmission, arbre d’hélice, tube d’étambot et hélice.

Les pièces des 3 winches du cockpit

Certaines choses ont été démontées sans ambition de les remettre telles qu’elles étaient : les filets usés par les UVs (avec l’aide des loulous), les tuyaux de la pompe de cale, le siège du cockpit, le nable d’eau. La table à cartes et le tableau électrique / navigation ont laissé la place à un grand espace qu’on peut réinventer en salon / couchette / petite table à carte / rangements. Ça n’a pas été super facile de démonter tout ça, de s’allonger dans des positions improbables et inconfortables, de se tortiller un bras dans un placard, ou l’autre, mais pas les deux parce que j’aurais trop peur de rester coincée… Je n’ai pas arrêté de penser à Tomtom qui a passé pas mal de temps dans un de ces coins exigus à faire, refaire, réparer, améliorer des connexions alors que je peinais à simplement dévisser quelques vis.

Un peu plus loin de la sphère bricolage, j’ai passé une journée à ranger du bazar. Tout le matos purement navigation qui était resté à bord comme l’annexe, les pare-battages, les bidons de gasoil, les panneaux de contreplaqué qui-pourraient-servir-au-cas-où et qui ont occupé le coffre le moins accessible pendant 8 ans, l’immense bâche PVC avec laquelle on ne fera pas un taud de soleil / collecteur d’eau de pluie qui couvre tout le pont, des pièces pour le moteur, des rames, les haubans, la barre à roue démontée, le secteur de barre démonté, toutes les canalisations qu’on avait démontées il y a deux mois et plein d’autres trucs. Dave nous a libéré quelques étagères au fond d’un container, j’ai passé la journée à transporter le bazar et à optimiser le rangement façon tetris, pour aboutir à un stockage particulièrement dense. Et ben j’en ferais pas mon métier : certes j’aime assez optimiser, mais me dire à la fin de la journée que j’ai tout rangé, ça ne me satisfait que moyennement. Pourtant un autre atelier rangement nous attend quand on rentrera à l’appart avec un autre lot de « trucs à caser quelque part ».

Dans le cadre jaune, du bazar de Schnaps

Tomtom a réussi à trouver du temps pour discuter avec Dave de ce qu’on veut faire, confirmer des choix, peser le pour et le contre de certaines options, prendre des mesures supplémentaires qui permettront de continuer les travaux de conception, et le soir alors que je m’écroulais dans le lit, lui continuait à dessiner la capote, à chercher des infos pour peser le pour et le contre du chariot sur rail ou de deux palans pour contrôler la GV (NDTLGP: au final on va probablement opter pour 2 palans. De toutes façons la GV on s’en sert pas beaucoup vu qu’on navigue qu’au portant et qu’au portant on a les 2 focs en ciseaux !).

Et les loulous pendant ce temps ? Ils ont été super cools. Ils ont soit joué, dessiné, colorié ou lu dans le bureau du chantier, soit joué dehors, soit guetté toutes les opportunités de nous aider (retirer les filets des filières déjà démontées, rapporter la brouette vide après un transport vers le container, nettoyer l’extérieur des jerrycans, observer Maman qui nettoie les winches, retrouver la trace de la brouette qu’on a perdue de vue : seulement les choses qu’on fait en dehors du hangar vu que ce n’est pas un endroit pour les crapouilous), soit couru partout derrière Dave et Julie qui ont dédié une journée à faire du grand nettoyage et un grand feu. On a de la chance que Schnaps soit dans un chantier qui convienne à la marmaille, ça serait moins drôle s’ils s’ennuyaient et passaient leur temps à demander « quand est-ce qu’on part ? ».

Après quelques jours de bricolage, on est montés un peu plus au Nord, à Coopers Beach, pour profiter du surf, de la vue, des vacances, et d’un peu de temps pour travailler à la conception des prochains travaux, synchroniser nos fichiers, faire du ménage dans les 36 fichiers de notes qu’on avait…

Tomtom tout au bout d’une vague, dans les rayons du soleil
Le coucher de soleil vu de notre bach (je vous épargne les 25 autres photos que j’ai faites de cette vue)

Retour vers Auckland avec une pause à Oromahoe pour refaire un coucou à Schnaps dont le rail de fargue est complètement démonté et qui n’a plus de hublots. Quelques mesures en plus, deux-trois petits démontages, le chargement de la voiture avec les affaires des vacances et tout le bazar de Schnaps qui rentre avec nous à Auckland – et qui nous a valu, en rentrant à l’appart, un « Vous emménagez ? » de la part de voisins. Non, on finit juste de vider notre bateau…

Schnaps tout nu

Le petit jeu de l’article : je n’arrive pas à choisir quoi vous faire deviner donc voici deux petits cékoiça.

Petit jeu 1: Qu’y avait-il ici ?
Petit jeu 2 : Ce truc vu sous toutes ses coutures, ça vient d’où ? C’est fait en quoi ? Ça servait à quoi ? (indice : ça a bien fait son boulot)
En bonus, Oromahoe dans la brume du matin



Cet article en PDF


14 commentaires pour Des vacances avec Schnaps !

  • DIAZ Claire

    Pfff! je suis nulle pour les jeux en matériel nautique…Ah si tu me parles chaussures de montagne, là, je pourrais me mettre sur les rangs. La première photo, c’est sûrement en rapport avec le mât mais quoi ou qu’est-ce, je donne ma langue au chat. Et alors la 2ème, c’est le vide total. Je sais, heureusement qu’il y en a qui sont plus joueurs que moi. Quoiqu’il en soit, je préfère la photo romantique par excellence de Thomas seul sur la plage avant le soleil couchant, ça me parle plus! Et bravo aux loustics d’avoir été bien sages.

    • Clairette

      pour la première photo il y a un rapport pas franchement direct avec le mât donc on va dire non… La deuxième photo, non ce n’est pas du vide, c’est du plein :)
      Il est pas mal, hein, Tomtom en surfeur dans les rayons du soleil ;)

  • Castor

    1 on dirait un emplacement de winch !
    2… bah… surement une écrevisse du Japon, espèce très rare, placée dans le tuyau des toilettes pour servir de vanne anti-retour intelligente ?
    Biiiiiises

  • Clairette

    Et ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii c’est bien un emplacement de winch, bravo !!
    Mais non pour l’écrevisse du Japon. Ce n’était pas dans e tuyau des toilettes, mais c’était bien dans un tuyau. Et ça ne va pas aider, mais même Tomtom ne sait pas ce que c’est (moi je sais, j’ai galéré à l’enlever !)

  • Agnès

    une écrevisse de Chine alors? :) :) :)

  • 2. On dirait une concrétion. Du sel dans l’échangeur du moteur ?

    • Clairette

      Pas tout à fait. Indices:
      – ça vient d’un truc que j’ai démonté, et c’est Tomtom qui s’est collé aux démontages qui avaient trait de près ou de loin au moteur
      – c’est un truc qu’on avait mis il y a un certain nombre d’années, donc c’était volontaire, et ça a même très bien fait son boulot.

    • ceci dit j’ai démonté l’échangeur du moteur pour lui faire sa toilette, eh ben y avait pas grand-chose dedans, après 10ans sans démontage. Aucun des petits tuyaux de cuivre (c’est assez bien foutu sur notre Peugeot-Seenergie) n’était obstrué et tout était super propre! Bon à savoir pour planifier le prochain entretien … dans 10 ans :)

    • Clairette

      Ah ah… J’aime la créativité des réponses ! Ça a la taille d’une anode, la couleur (à peu près) d’une anode, mais c’est plutôt mou et ça n’est pas dans l’eau. Donc ce n’est pas une anode. Pas facile, hein…

      • ah oui ça y’est je sais ce que c’est :)

      • Damien L

        Après un petit zoom, on dirait de la pousse expansive polyuréthane qui a du être injectée pour boucher un trou ou assurer l étanchéité du passage d un câble dans un trou un peu trop gros, genre presse étoupe ?

        • Clairette

          Pas mal du tout, je pense qu’on peut t’accorder la réponse. Ce n’est pas de la pousse expansive – ni de la mousse expansive, l’ancien proprio en mettait un peu trop partout, mais nous non. C’est du Sika, un gros bouchon de Sika, effectivement injecté en bas du mâtereau à l’arrière de la jupe pour assurer l’étanchéité du passage du câble de l’éolienne. Félicitations !!

  • François TABARY

    Ah, ça y est, avec de la persévérance et des combines, j’ai retrouvé l’accès au site ! Trop tard pour le petit jeu, mais de toute façon, mes compétences étant nulles en technique marine, je n’aurai pas pu contribuer au schmilblick.
    En tout cas, bravo pour tout le travail pour en arriver là, et bon courage pour aller jusqu’au bout du bout.

Envoyer un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>