octobre 2011
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Open letter to the Kingdom of Tonga and the Republic of Fiji

(Lettre ouverte au Royaume de Tonga et à la République de Fiji, traduction en français à la suite de l’original en anglais)

Dear Sir or Madam, Tongian and Fijian administrators,

As the two owners of S/Y Schnaps and having cruised in Tongian and Fijian waters, we take the liberty of writing this open letter to the administrations of your countries.

Indeed, if the Fijian and Tongian archipelagos seem really attractive from the outside, and their inhabitants are mostly nice and welcoming people, the landfall in one of your ports of entry spoils all the pleasure we could get in the discovery of a nice new place.

Soon after the arrival, the boat is invaded by diverse officers whom we can not even exactly know the function : Customs, Immigration, Health, Biosecurity, Tax-collection, Free-lunch eaters… All that we understand is that we have to pay, pay, and pay again. 100 T$ for that, 172.50 F$ for another thing, 25 T$ there, 90 F$ somewhere else… And why? Just because an Officer asks us the name of our boat, we give him the answer and he writes it down on a piece of paper (which is obviously never claimed by anyone afterwards), beside a stamp and a signature. 5 minutes of « work ». We have not even stepped a foot ashore that we already have debts just to attend to something that looks much more like a masquerade than a really official process.

5 minutes of « work », but by the time every actor of the show has come by and pocketted his pizzo, a day can easily pass. And it is generally not over. We have to spend hours running after people so that we can pay the money they did not collect at first – see how honest we are. We may also be subject of taxes that are exigible afterwards, like « harbour » dues even if we have never used the non-existant « harbour » facilities. You take our money, you take our time, you take our joy of being there. There are already many constraints for a sailing yacht (day, night, weather, all these sorts of natural things…), and you add some others, which are likely to be even more annoying: no departure from any other harbour at week-ends, no officer at his desk in the opening hours, obligation to collect clearances or papers in different offices far away from each other… We already have to cope with natural factors, but the administrative burdens you add upon our shoulders are much worse.

After going through these long and costly processes, we have one will: going away. We do not want to spend the little money we have left in your countries. With the money that was taken by your administrations (or whoever filled one’s pockets), we could have made your economy richer, because the person we would have paid in exchange for goods or services would have used this money much better than by investing in useless and senseless piles of paper. What you do is not only a loss of time for us and for your employees, but most of all an enormous waste. All the energy you spend in absurd « I-follow-you-and-tax-you-wherever-you-go » procedures could be spent in much more constructive ways to improve the life of your fellow countrymen. Do not expect us to agree with the commonly admitted – but false – idea that the money that we are dispossessed of will be a benefit to the economy of the country. On the overall amount paid, a big fraction of it is lost forever (everyday administration expenses, useless papers, unproductive printers and computers, buildings care…) and will never create wealth for anyone. The other fraction goes to the civil servants’ families (« what one sees »), but could have landed in the families of men or women who would have sold us the fruit of their work and got a deserved reward for it (« what one does not see »). By enforcing laws that take our money by force for nothing in return, you destroy not only potential wealth but also the employment and self-esteem of valuable people, for the sake of others whose only effort is to ask us « What is the name of your boat ? » and put a stamp on a piece of paper. Many visitors may fool their consciences by thinking that after all the money they give enables the Officers’families to earn a living, but we do not. We do not accept that able people’s livings are spoiled by useless, annoying and unfriendly government measures.

When you commit us to pay your fees (which represent not less than a quarter of our monthly budget), you may want us to feel guilty of beeing « rich ». And by considering us as « rich » Europeans who can afford to pay whatever money they are asked, you despise us, and show that the only interest you find in our presence on your islands is the money you can seize from us. The « funny » thing is that you probably consider that we are « rich » because all that we own is a 32-year old sailing boat (worth 50 times less than a modest house), which enables us to travel from the other end of the world to discover your country for a much lower price than any other transportation vehicle.

You will probably try to justify these fees otherwise. You may argue that the « inspections » are necessary and that the people who carry out them (= ask 2 questions, take the money and leave) have to be paid. It may be in the interest of your countries to keep them free from immigrants, animal or vegetal pests. But if it were really in the interest of your populations, they would certainly be happy to pay the corresponding taxes, and you would not need to have the discourtesy to welcome your visitors by emptying their pockets. Moreover, if some arriving crews are dishonest or negligent, we are not responsible for that and we do not see why we should pay for their – voluntary or not – errors: just fine them, but not us.

Furthermore, we are honest and did not need to be inspected. If we had been dishonest, it would have been incredibly easy to hide any forbidden food, animal or illegal immigrant from your « inspectors ». Your rules only apply to the honest people who, by definition, will not try to infringe them. Your « inspections » are useless for dishonest people, who will not even be bothered by them. Quite obviously, your inspections (even if they were more rigorous than they are) are unlikely to prevent anyone evil-minded from breaking your rules.

The consequences of this exageration of powers are rather straightforward. We did not want to spend a dollar more in your country. And except what was strictly necessary and could not wait for the next country – food, laundry, diesel – we bought almost nothing. Sorry for the people of Tonga and Fiji who would have deserved our money in exchange for goods or services, but you’ll need to complain to your governements. We understand it is not directly your fault – many people we met were not even aware of that – but you may be able to act to change the way your country welcomes foreign visitors.

To conclude this letter, we want the people of Tonga and Fiji to know that we mostly enjoyed meeting them and exchanging with them, but our stays were more or less spoiled by the different clearance procedures, which were needed even between two harbours of the main country. We will be happy to set sail again one day or another towards your islands, but we may wait until your administrations come back to reason. By this time, we are free not to come in Tonga and Fiji.

Yours faithfully,

Tomtom and Clairette, S/Y Schnaps, France
Our complete names and coordinates are available upon any Fijian or Tongian’s administration official request, but we would not dare to doubt of your ability to find them among the piles of paper which, year after year, must have achieved considerable heights.

Comme promis, la traduction en français, maintenant :

Lettre ouverte au Royaume de Tonga et à la République de Fiji

Madame, Monsieur, administrateurs tongiens et fidjiens,

En tant que propriétaires du voilier Schnaps et ayant croisé dans les eaux tongiennes et fidjiennes, nous nous permettons de vous écrire cette lettre ouverte à destination des administrations de vos pays respectifs.

En effet, si les archipels tongiens et fidjiens paraissent très attirants de l’extérieur, et si leurs habitants sont pour la plupart sympathiques et accueillants, l’atterrissage dans l’un de vos ports d’entrée gâche tout le plaisir que nous pourrions avoir à découvrir un nouvel endroit.

Juste après l’arrivée, le bateau est envahi par divers représentants de l’administration dont nous ne connaissons même pas exactement la fonction : Douanes, Immigration, Santé, Biosécurité, Perception d’impôts, Pique-assiette … Tout ce que nous comprenons, c’est que nous devons payer, payer et payer encore. 100 T$ pour ceci, 172.50 F$ pour cela, 25 T$ ici, 90 F$ ailleurs… Et pourquoi ? Juste parce qu’un fonctionnaire nous demande le nom de notre bateau, nous lui donnons la réponse et il l’écrit sur un bout de papier (qui ne nous est évidemment jamais réclamé par la suite) aux côtés d’un tampon et d’une signature. 5 minutes de « travail ». Nous n’avons pas encore mis pied à terre que nous avons déjà des dettes simplement pour avoir assisté à quelque-chose qui ressemble plus à une mascarade qu’à un processus officiel.

5 minutes de « travail », mais le temps que chaque acteur du spectacle fasse sa représentation et collecte son pizzo, on perd facilement une journée. Et ce n’est généralement pas fini. Nous devons passer des heures à courir après les gens pour payer l’argent qu’ils n’ont pas pu encaisser au moment de l’arrivée – voyez comme nous sommes honnêtes. Nous pouvons aussi être sujets à des taxes exigées par la suite, comme des frais de « port » même si nous n’avons jamais utilisé les infrastructures inexistantes dudit « port ». Vous prenez notre argent, vous prenez notre temps, vous prenez notre joie d’être ici. Il y a déjà de nombreuses contraintes pour un voilier (jour, nuit, météo, toutes ces choses naturelles …), et vous en ajoutez d’autres, qui ont toutes les chances d’être encore plus ennuyeuses : pas de départ d’un port le week-end, pas de fonctionnaire à son bureau pendant les heures d’ouverture, obligation de récupérer des clearances ou des papiers dans différents bureaux éloignés les uns des autres … On doit déjà se débrouiller avec des facteurs naturels, mais les charges administratives que vous ajoutez sur nos épaules sont bien pires.

Après avoir subi ces processus longs et coûteux, nous avons un seul souhait : partir. Nous ne souhaitons pas dépenser le peu d’argent qu’il nous reste dans vos pays. Avec l’argent qui a été encaissé par vos administrations (ou par quiconque en a rempli ses poches), nous aurions pu rendre votre économie plus riche, car la personne que nous aurions payée en échange de biens ou services aurait utilisé cet argent bien mieux qu’en investissant dans des piles de paperasse inutile et inepte. Ce que vous faites n’est pas seulement une perte de temps pour nous et vos employés, c’est surtout un énorme gâchis. Toute l’énergie que vous dépensez en procédures absurdes de « Je-te-suis-et-je-te-taxe-où-que-tu-ailles » pourrait être utilisée de manière bien plus constructive pour améliorer l’existence de vos concitoyens. Ne vous attendez pas à ce que nous approuvions le lieu commun – mais faux – qui consiste à croire que l’argent dont nous sommes dépossédés sera un bénéfice pour l’économie du pays. Sur le montant total payé, une grosse fraction est perdue pour toujours (dépenses de fonctionnement de l’administration, papiers inutiles, ordinateurs et imprimantes improductives, entretien des locaux …) et ne créera jamais de richesse pour qui que ce soit. L’autre fraction va aux familles des fonctionnaires (« ce que l’on voit »), mais aurait pu arriver dans les familles d’hommes ou de femmes qui nous auraient vendu le fruit de leur travail et obtenu une récompense méritée pour cela (« ce que l’on ne voit pas »). En appliquant des lois qui nous prennent notre argent de force sans que nous ne recevions quoi que ce soit en retour, vous détruisez non seulement des richesses potentielles mais aussi les emplois et l’estime de soi de personnes de valeur, au bénéfice d’autres dont le seul effort consiste à nous demander « Quel est le nom de votre bateau ? » et à tamponner un bout de papier. Beaucoup de visiteurs peuvent tromper leur conscience en pensant qu’après tout, l’argent qu’ils donnent permet aux familles des fonctionnaires de vivre, mais pas nous. Nous n’acceptons pas que les existences de personnes capables soient gâchées par des mesures gouvernementales inutiles, inamicales et désagréables.

Quand vous nous faites payer ces frais (qui représentent pas moins d’un quart de notre budget mensuel), peut-être cherchez-vous à nous culpabiliser d’être « riches ». En nous considérant comme de « riches » Européens prêts à donner sans compter l’argent qui leur est demandé, vous nous méprisez et montrez que le seul intérêt que vous trouvez dans notre présence, c’est l’argent que vous pouvez nous soutirer. C’est amusant, vous nous considérez peut-être comme des « riches » parce que la seule chose que l’on possède, c’est un voilier de 32 ans (qui vaut 50 fois moins qu’un modeste logement), qui nous permet de voyager d’un bout du monde à l’autre et de découvrir vos pays à un coût bien moindre que tout autre moyen de transport.

Vous allez peut-être essayer de justifier ces frais autrement. Vous allez peut-être soutenir que ces « inspections » sont nécessaires et que les gens qui les réalisent (= posent 2 questions, encaissent l’argent et partent) méritent un salaire. C’est peut-être dans l’intérêt de vos pays de se préserver d’immigrants ou de parasites animaux et végétaux. Mais si c’était vraiment dans l’intérêt de vos populations, ces dernières accepteraient certainement sans problème de payer les impôts correspondants, et vous n’auriez pas besoin d’accueillir si discourtoisement vos visiteurs en leur vidant les poches. De plus, si certains équipages sont malhonnêtes ou négligents, nous ne sommes pas responsables de leurs actions et nous ne voyons pas pourquoi nous devrions payer pour leurs erreurs, volontaires ou non : mettez-leur des amendes, mais pas à nous.

De plus, nous sommes honnêtes et nous n’avions pas besoin d’être inspectés. Si nous avions été malhonnêtes, cela aurait été incroyablement facile de cacher de la nourriture interdite, des animaux ou encore des immigrants illégaux à vos « inspecteurs ». Vos règles ne s’appliquent qu’aux gens honnêtes qui, par définition, ne vont pas essayer de les enfreindre. Vos « inspections » sont inutiles pour les gens malhonnêtes, qui vont de toutes façons passer au travers. De toute évidence, vos inspections (même si elles étaient plus rigoureuses) ne risquent pas d’empêcher quelqu’un de mal intentionné d’enfreindre vos règles.

Les conséquences de ces abus de pouvoir sont assez évidentes. Nous ne voulions plus dépenser un dollar de plus dans vos pays. Et à part ce qui était vraiment nécessaire et ne pouvait pas attendre l’escale suivante (nourriture, lessive et gasoil), nous n’avons rien acheté ou presque. Désolés pour les Fidjiens et Tongiens qui auraient mérité notre argent en échange de biens et de services, mais vous pouvez vous plaindre auprès de vos gouvernements. Nous comprenons que ce n’est pas directement de votre faute – bien des gens que nous avons rencontrés n’étaient même pas au courant de tout ça – mais vous êtes peut-être à même de faire changer la façon dont vos pays accueillent les visiteurs étrangers.

Pour conclure cette lettre, nous voudrions que les Tongiens et Fidjiens sachent que nous avons la plupart du temps apprécié de les rencontrer et d’échanger avec eux, mais nos séjours ont été plus ou moins gâchés par les différentes procédures de clearance, obligatoires même entre deux ports du même pays. Nous serons heureux de remettre le cap vers vos îles un de ces jours, mais nous allons attendre que vos administrations reviennent à la raison. D’ici là, nous sommes libres de ne pas nous rendre aux Tonga ni aux Fidji.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, nos salutations fatiguées (copyright Jaddo),

Tomtom et Clairette, Voilier Schnaps, France
Nos noms et coordonnées complets sont disponibles sur requête officielle des autorités fidjiennes ou tongiennes, mais nous n’oserions pas douter de votre capacité à les retrouver parmi les tas de paperasses qui, année après année, doivent avoir atteint des hauteurs considérables.


Cet article en PDF


Envoyer un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>