avril 2010
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Commentaires récents

Du confort des matelas

Pas de bricolage aujourd’hui : petit article confort.

On dort à l’avant du bateau, dans la cabine en forme de triangle (la pointe du triangle étant à nos pieds), avec toute notre marmaille. Les coussins, que l’ancien propriétaire avait refaits à neuf, sont parfaits au niveau confort. J’avais terminé l’an dernier la couture des housses qui était déjà commencée, fait des draps housse sur mesure, en deux parties (une triangulaire et une pseudo trapézoïdale, pour soulever facilement les matelas et accéder aux coffres qui se trouvent sous notre lit.

Aperçu de la forme tarabiscotée des matelas de la cabine avant

Heureusement que j’ai fait ça quand on avait encore notre appartement, car je me suis pas mal étalée pour la couture, ç’aurait été impossible ici… ou alors sur les pontons, mais la météo n’est pas encore au beau fixe !

Nos matelas sont posés sur des planches de contreplaqué qui ferment les coffres. Ces planches sont un peu trouées, mais pas au point d’assurer la ventilation du matelas comme le ferait un sommier à lattes.

Conséquence (surtout cet hiver) : nos matelas étaient trempés en quelques nuits. On ne s’en est pas rendus compte de suite, car c’est sur la face du dessous que ça condense. Grosse déception : ça fait des traces de moisi sur les housses que j’ai cousues avec amour, peut-être parce que j’ai choisi un tissu en coton, respirant, pour la face du dessous. Mais même quand on lave le moisi, les traces restent, et le moisi propre c’est moche quand même.

On a passé quelques mois à lutter par divers moyens contre la condensation : ouvrir le hublot pendant la nuit – ça marche pas mal, sauf quand il pleut (on est un peu mouillés et Hobbes n’aime pas ça du tout), retourner les matelas et les planches de contreplaqué pour les aérer tous les deux jours, les sortir le week-end dès qu’un rayon de soleil se profile…

Tout ça combiné, ça marche bien, mais c’est assez pénible de défaire et refaire le lit tous les deux jours.

Et c’est là que radio-pontons a fait des merveilles. On a partagé nos soucis de confort avec nos voisins de pontons, qui nous ont dit « faut mettre de la fibre de coco, c’est génial, on n’y croyait pas avant mais on a testé et on approuve ». Ni une, ni deux, on a commandé des sous-matelas magiques chez notre accastilleur préféré. Il nous a conseillé la version pas écolo, avec autant de latex que la version fibre de coco et des fibres non végétales, qui selon lui, est plus efficace.

Ça se présente sous la forme d’un fin matelas (1 cm d’épaisseur grand max), les deux faces extérieures sont en nid d’abeilles, et entre deux on a des fibres verticales qui maintiennent les deux faces éspacées. L’air peut passer entre les deux faces, donc ça ventile un peu entre les plaques de contreplaqué et le matelas.


Principe du sous-matelas selon son fabricant


Je me suis amusée à découper tout ça aux dimensions de nos couchettes un soir.Ça se découpe assez facilement, au cutter ou aux ciseaux.


Mesures et découpages des sous-matelas, sous le regard de Félicien et Hobbes qui font les imbéciles dans le panier à linge


Et depuis… on dort au sec, c’est effectivement assez magique ! Je pense qu’on n’échappera pas à aérer en grand une ou deux fois par mois, mais c’est un énorme progrès !!


Cet article en PDF


7 commentaires pour Du confort des matelas

  • et après « on » dit que je suis un gros maniaque perfectionniste quand je dessine le bateau en 3D, tout cela alors qu' »on » modélise les découpes des matelas de la couchette avant.
    pffff

    • D’abord j’avais modélisé les matelas en 3D il y a bien longtemps, parce que ça m’a été utile pour :
      – optimiser les découpes de coton qui vient en sous-face des matelas (le tissu qui est maintenant auréolé de tâches de moisi propre), lorsque j’ai fait la couture des housses des matelas
      – concevoir les draps housse en tenant compte des côtés pas tout à fait verticaux (ils suivent la forme de la coque), sachant qu’une modélisation 3D me permettait d’évaluer plus facilement et avec moins de risques d’erreurs de calcul les dimensions nécessaires pour mes draps housse
      – en plus j’en ai profité pour apprendre à me servir de Google Sketchup.
      Mais je ne suis pas maniaque au point de vérifier la hauteur du liseré bleu comme certains…

  • Gnègnès

    et ben elle est très belle la modelisation 3D des matelas… on comprendrait pas sans l’avoir !!! mais celle du bateau aussi, Gma, t’inquiète pas…

  • tite mule

    sans parler modelisation, est ce que ca permet egalement de diminuer lhumidite d’une cabine? car la ce serait encore plus magique! enfin j’espere qu’avec ca, vous faites pleins de beaux reves aux secs!

    • Non pas tout à fait… pour ça il faudrait un déshumidificateur. Mais entre le printemps qui arrive (youpi !) et l’aération régulière, on a beaucoup moins de condensation dans le bateau.
      Reste maintenant à trouver un moyen d’empêcher les moustiques d’entrer par le hublot ouvert car ils dévorent le Tomtom, qui se réveille en pleine nuit et gigote tel un asticot pour gratter ses piqûres, ce qui a pour conséquence assez désagréable de me réveiller…
      Ptêt qu’on va fabriquer une moustiquaire… mais ça doit entrer en priorité 2 ça, donc pas de suite de suite !!

      En attendant, j’ai vengé le Tomtom ce matin en écrabouillant le moustique gorgé de sang.

Envoyer un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>