février 2019
L M M J V S D
« Jan    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

Another year, another move, another post

French version below

We arrived in Northland 20 months ago, and I firmly believed that we would stay there until the next big trip (2021 in the latests plans). We have had some great times in Northland, but while I had a great job, Tomtom couldn’t find one… until he started to work for Team New Zealand 9 months ago. Which is a great opportunity, and a lot of fun, but Team New Zealand is based in Auckland. So here we go, moving the family and Schnaps back to Auckland. It’s actually more than just a move – we used to find it easy to move, having just a boat to sail (or motor…), no packing or unpacking, just having to find a marina, a school and a daycare for the kids. It’s different this time as we will offer a big refit to Schnaps. That’s a bit overdue, and it will take quite a few months, but we should then be ready to go sailing (for real: voyaging) again. And that means finding a flat to live in, packing and unpacking the equivalent of 5.5 Peugeot 306 car boots, back seats folded (I believe there is another 3.5 boots of tools and boat specific equipment on board), trying to fit all that stuff in a flat that blatantly lacks lockers under the beds and under the floors.

It also means a new school for Paul, a new daycare for Margo and a new job for Clairette.

So thanks a lot Northland for all the great experiences we have had there – the views, the walks, the rugby referreeing, the surf, the beach, Clairette’s work, Margo’s daycare, and all these nice people around…

And hello again Auckland, the easiness to find some good bread (the Wild Wheat is amazing), more opportunities for restaurants and cultural life, and hopefully an enjoyable springboard before the next big trip…

Oh and we have a game. You can play by answering in the comments: how many lego parts did we find in the bilge? You can have extra points by guessing the shape of the lego parts. What you will win hasn’t be sorted out yet, it’s a surprise…

Have a look below for some photos of the trip (and to practice your French Smile )

And Happy New Year !!

2019, quoi de neuf ?

NdClFC: ya un ptit jeu au bout de l’article !

Ah ah, vous l’attendiez, l’article du nouvel an ? On ne déroge pas aux bonne vieilles habitudes de dépoussiérer le blog une fois par an, enlever les vieilles toiles d’araignées et tâcher de maintenir notre capital lecteurs jusqu’à ce qu’un vrai voyage produise une quantité d’articles divers et variés.

Donc, bonne années lecteurs assidus.

Pour Schnaps et pour nous, pas mal de changements. Les loulous commencent une nouvelle crèche et une nouvelle école (avec cours en Français !!) – rappelons à nos lecteurs de l’hémisphère nord que les vacances d’été c’est maintenant et que la rentrée des classes c’est en janvier. Pour Tomtom, ça fait 9 mois déjà, donc c’est pas vraiment tout neuf : il continue son nouveau boulot chez Team New Zealand où il développe des logiciels top-secrets pour le désormais « Defender » (= tenant du titre) de la Coupe de l’America dont la prochaine édition aura lieu à Auckland en 2021. Pour Clairette c’est un nouveau boulot, toujours dans la santé, mais à Auckland parce que c’est quand même plus pratique de vivre ensemble toute la semaine. Pour la famille, c’est la découverte de la vie en appart à Auckland. Pour Schnaps, c’est une saison de gros travaux, sans ronfleurs à bord jusqu’à ce qu’on puisse retourner y vivre.

Bye bye Northland, donc, bye bye Mount Manaia et la proximité du surf, bye bye l’arbitrage du rugby, bye bye la super crèche de Margo, bye bye mon boulot qui était vraiment chouette, et rebonjour Auckland. À nous de profiter de nouvelles choses : le lave-vaisselle, la vie culturelle, la possibilité de prendre une baby-sitter (dans le bateau c’était pas évident, dans un appart c’est plus facile), plus de choix gastronomiques, que ce soit les restos ou simplement les fruits, légumes, viande et le pain, les trajets au boulot à vélo…

Lever de soleil vu du haut de Mount Manaia
Bye bye, et merci Waipu Cove pour les séances de surf, les pâtés de sable, les pique-niques…

Pour en arriver là, il a bien fallu faire un tour en Schnaps. 20 mois sans défaire les amarres (NdTlGP: sisi on les a défaites pour changer de ponton), c’était un peu long. Mais personne n’a perdu les bonnes vieilles habitudes. Schnaps navigue toujours aussi sûrement, même avec une petite couche de mollusques sur la coque et un nouveau bulbe de quille en huîtres (c’est pas joli joli mais ç’aurait pu être pire, le dernier anti-fouling ayant presque … 5 ans). Les batteries sont mortes (ce qu’on savait) mais pas mal de choses fonctionnent encore très bien, y compris Dédé le XUD, fidèle au poste, bien utile quand le vent est tout faiblard. Paul se souvenait qu’on prend les duplos dans la couchette de Papa et Maman pour jouer pendant la nav (en ce moment ils jouent plutôt aux Lego mais les Lego n’ont pas le droit de venir sur les couchettes). Margo et Paul ont très bien joué le jeu des gilets de sauvetage dans le cockpit – celui de Margo lui fait un énorme ventre, elle a décrété qu’elle devenait Obélix. On n’a pas fait énormément de voile, faute de vent (ou, à l’inverse, faute d’envie de se faire brasser au près dans 25 nœuds) mais on a profité de quelques mouillages. Paul a nagé avec Papa, en brassards, jusqu’à la chaîne d’ancre et Margo a fait le crocodile accrochée à l’échelle (de gros splashs avec les pieds, Maman Maman regarde, je peux même lâcher les mains !). Et les grands savent encore naviguer, mettre l’ancre, sauter sur un ponton pour s’amarrer, profiter du mouillage pour bouquiner et ne pas faire grand-chose…

L’équipage en gilet de sauvetage
L’autre option c’est de jouer aux duplos (ou de roupiller) dans la couchette des parents
Un mouillage tranquille à Motutapu
Heureusement que Margo est là pour tirer tout ce beau monde
Allez Paul on retourne sur Schnapsou voir si les parents ont été sages pendant qu’on était à terre
Arrivée à Auckland pour un gros déchargement

Arrivés à Auckland, amarrés pour 2 jours au ponton de Team New Zealand le temps de vider Schnaps. C’est impressionnant la quantité de choses qu’on a à bord : 4.5 coffres de 306 (banquette arrière rabattue), un grand coffre de matelas et coussins – merci les copains ! – et il reste encore tous les outils et toutes les affaires de voile (amarres, mouillages, voiles, accastillage, annexe, rames, seaux, tuyaux d’eau, etc) qu’on laisse pour le moment à bord. Estimation: encore 3 ou 4 coffres de 306. Défi : faire rentrer tout ça dans un appart. Ou comment se rendre compte que le contenu d’un placard de pâtes rempli au tiers (17.5 kg de pâtes seulement) a bien du mal à rentrer dans les étagères de la cuisine. Sachant qu’on a pas mal d’autres trucs à faire rentrer dans une cuisine. Beaucoup de nourriture, mais aussi deux robots, une cocotte, une galettoire, un caquelon à fondue, un moulin à pavot etc.

Quelques heureuses surprises en vidant Schnaps : on a retrouvé des choses perdues (4 élastiques à cheveux de Margo, 8 billes, des pièces de Lego), des choses oubliées (un plan détaillé et plastifié de tous les coffres et équipets, numérotés scientifiquement, pour savoir à n’importe quel moment quelle quantité de bazar est stockée à quel endroit – comme c’est bizarre, on ne l’a pas utilisé longtemps, notre brouillon de livre sur 101 raisons de ne pas partir en voyage en bateau). On a aussi jeté un certain nombre de choses pas utilisées ou périmées ou en fin de vie, mais pas autant je pense que si on avait vécu dans une maison pendant 9 ans (oui on a habité 9 ans et des bricoles sur Schnaps…). Des médicaments périmés depuis 2012 (le reste de la pharmacie de bord), des draps usés après 15 ans d’utilisation, des bricoles – même pas un demi coffre de 306.

Prochaines étapes : sortir Schnaps de l’eau, le dégréer, faire faire toute une liste de travaux. Mais c’est trop long pour cet article donc ça fera une raison pour un ou plusieurs autres articles.

Ceci dit, avant de vous laisser, j’ai un petit jeu.

Combien de pièces de Lego a-t-on trouvé dans le bateau ? Indices : on ne compte pas les pièces correctement rangées dans les jouets des enfants (NdTlGP: et quand Clairette parle de rangement correct en matière de Lego, ça rigole pas et vous avez pas intérêt à mettre une pièce dans le compartiment d’à côté – les enfants ont une mallette compartimentée comme pour la visserie de papa pour leurs Lego…) (NdClFC: vas-y mollo, entre le plan détaillé des rangements de Schnaps et les Lego rangés par catégorie, je vais passer pour une grosse maniaque), et on ne compte que les pièces trouvées dans les fonds, les coffres ou dans les interstices des coffres, et il y en a peut-être encore quelques-unes sous les vaches à eau, sous la chaîne de secours, ou ailleurs. Vous pouvez marquer des points supplémentaires si vous précisez la forme des pièces (et nous on peut rigoler).

Et notre nouvelle adresse :

Le résultat du petit jeu

Rhôôôô

Vous surestimez tous la capacité des moussaillons à perdre des pièces. Faut dire aussi que comme on soulève les coussins du carré à peu près tous les jours pour attraper des pâtes ou du chocolat, on retrouve vite les pièces tombées sur les côtés des coussins (pas celles tombées au fond par contre).

La gagnante est donc Delphine, car on a retrouvé 6 pièces ! Essentiellement rondes, et un marteau-piqueur. Bravo Delphine !

Pour les gens qui posent des questions sur le stock initial, il est gros (au moins 3500 pièces) on a essentiellement des pièces de lego basic / classic, mais les lego basic de maintenant ont beaucoup plus de petites pièces que ceux de quand on était petits, et un lot de lego technic.

Et une petite photo des trouvailles :


Cet article en PDF


Housses et oh, Santiano !

(NDCLFC: j’avais pas d’inspiration pour le titre, j’ai laissé carte blanche à Tomtom)

Lorsqu’on a visité Schnaps la toute première fois, le carré était beau, propre, élégant avec ses rayures blanches et bleues. Un air Obélix qui inspirait confiance et donnait envie d’y vivre.

Un carré Obélix, propre, net, joli, classe (photo du site d’Alain, l’ancien proprio). On avait terminé le dossier sur toute la longueur avec du tissu Obélix, ce qui ne se …

Poursuivre la lecture de « Housses et oh, Santiano ! »

Kiwis

Ça y est, on a deux nationalités ! On était résidents depuis un moment, on pouvait même voter, maintenant on est aussi Kiwis que nos petits (lesquels sont nés Kiwis vu que leurs parents étaient résidents permanents en NZ).

Ça change quoi ? A vrai dire, pas grand-chose. On a le droit d’avoir un beau passeport noir orné d’une fougère, mais le reste de nos droits et devoirs ne change pas beaucoup par rapport à …

Poursuivre la lecture de « Kiwis »

Objectif numéro 1 : c’est fait

(English version below)

Ceux qui suivent le blog de près se souviendront de nos résolutions de début d’année. Voici donc notre premier article écrit de Marsden Cove, une marina proche de Whangarei.

On devrait prendre des bonnes résolutions plus souvent : ça marche… J’ai dégotté le boulot auquel j’avais postulé à Whangarei, on a fait un pique-nique de départ d’Auckland, dit bye bye à la crèche et au Buckland Beach Yacht Club, loué notre ponton, …

Poursuivre la lecture de « Objectif numéro 1 : c’est fait »

Le traditionnel premier article de l’année

Certaines traditions sont incompatibles avec l’hémisphère sud. Six Noëls au chaud (le premier en Martinique, les autres en Nouvelle-Zélande), et nous nous sentons toujours aussi désorientés à l’approche des fêtes de fin d’année. A écouter et lire les publicités, à voir se multiplier les pères Noëls, étoiles de neige et sapins dans les vitrines, à écouter les conversations d’autres gens qui se soucient des cadeaux de Noël, on pourrait se convaincre que Noël approche à …

Poursuivre la lecture de « Le traditionnel premier article de l’année »

Grande première

Pour la première fois depuis que Schnaps nous appartient (c’est à dire à peu près 7 ans), j’ai … pris une douche à bord.

Ça ne m’était jamais arrivé avant, car depuis qu’on vit à bord, soit on est en mer ou au mouillage et on se lave dans le cockpit, soit on est à la marina et on se lave aux douches de la marina. Et puis comme de toutes façons je ne prends …

Poursuivre la lecture de « Grande première »

L’article de 2016

Il faut bien l’avouer, 2015 fut une année pauvre en articles de blog. 2016 risque d’être du même acabit, car on n’a pas de grands projets de travaux ou de voyages sur Schnaps pour tout de suite. Ce n’est pas l’envie qui manque, et il y a de grands projets pour un peu plus tard, c’est juste qu’une vie presque conventionnelle avec boulots, ferry/BX, marmaille, ça ne laisse pas beaucoup de temps pour se faire …

Poursuivre la lecture de « L’article de 2016 »

Parlons bien parlons peu

Parlons chiottes.

Sur Schnaps, comme sur pas mal de bateaux à partir d’un certain gabarit, on a des toilettes. Ce sont des toilettes du type ‘WC marin’, dont le principe est très simple : on pompe de l’eau de mer pour rincer la cuvette, qu’on rejette ensuite (la pompe a 2 chambres, une pour aspirer, une pour refouler) chargée de nos grosses ou petites commissions, via un gros tuyau.

Le rejet se fait en général …

Poursuivre la lecture de « Parlons bien parlons peu »

2015 !

Nous y voilà, c’est bien l’occasion d’un petit article de blog… L’occasion de souhaiter à nos lecteurs fidèles malgré nos articles sporadiques une très bonne année 2015 et de donner quelques nouvelles du bord.

Quoi de neuf, donc, depuis le dernier article ?

Sous prétexte que Moussaillonne nous a rejoints, une ribambelle de poilus s’est invitée à bord, portant à 77 (+13 par rapport à l’article précédent) le nombre d’équipiers tout doux. On commence sérieusement …

Poursuivre la lecture de « 2015 ! »

Les poilus du bord

Une semaine plus tard… mouais en fait 10 jours car j’ai trainaillé, mais ce n’est pas plus mal car ça a donné l’occasion à plein de gens de participer. Merci à tous d’ailleurs pour vos participations !!

Le Schnapsipage est formé d’un Tomtom, d’une Clairette, de deux enfants magnifiques… et de 64 peluches. Oui, 64. Même nous on est tombés des nues quand on a compté. Heureusement le moussaillon, qui totalise 43 peluches à lui …

Poursuivre la lecture de « Les poilus du bord »