mai 2017
L M M J V S D
« Avr    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Objectif numéro 1 : c’est fait

(English version below)

Ceux qui suivent le blog de près se souviendront de nos résolutions de début d’année. Voici donc notre premier article écrit de Marsden Cove, une marina proche de Whangarei.

On devrait prendre des bonnes résolutions plus souvent : ça marche… J’ai dégotté le boulot auquel j’avais postulé à Whangarei, on a fait un pique-nique de départ d’Auckland, dit bye bye à la crèche et au Buckland Beach Yacht Club, loué notre ponton, vainement espéré une météo idéale pour monter à Whangarei, et voilà.

Une belle nav, du beau temps, pas de vent mais un bon Dédé le XUD pour compenser.

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec la géographie néo-zélandaise, voici en quoi consiste notre déménagement

A défaut de faire de la voile, quand on s’ennuie, on peut toujours essayer de pêcher. C’était mon jour : 3 poissons se sont jetés sur ma ligne (seul Nelson est monté à bord et dans nos estomacs). Du coup Paul pense que Maman est super forte en pêche.

Mouillage dans 2-house Bay à Kawau, joli coucher de soleil

Les garçons admirent le paysage

Sail Rock devant notre génois tout enroulé

Petite visite aux Hen & Chicken

Urquhart Bay à l’entrée de Whangarei Harbour

Marsden Point, sa vue sur les montagnes, son port, la voile, la pêche… et la raffinerie


Mélange de genres : une pointe toute verte et une raffinerie

Les petits sont fascinés devant les grues des bateaux à Marsden Port

Il faut bien avouer qu’au moment de prendre la décision de partir, et jusqu’au départ, les questions se sont bousculées. Finalement, on n’est pas si mal à Auckland : le yacht club est idéalement situé à côté de la crèche, du supermarché et du docteur, on prend très rarement la voiture, mon boulot est vraiment devenu intéressant depuis que j’ai monté une chouette petite équipe, on a des amis et de la famille tout près, et on part ?

Mais c’est le processus normal… C’est toujours plus facile de rester où on est, de ne pas changer, de laisser les opportunités passer (voire de ne pas les créer), de se satisfaire de ce qu’on a. Il a fallu qu’on se remette en tête qu’on avait déjà fait de plus gros changements dans notre vie, et qu’on n’avait pas été déçus. Il n’est pas question de changer tous les 4 matins, de refuser toute stabilité, mais ça serait trahir les Tomtom et Clairette d’il y a 6-7 ans que de rester vivre à Auckland lorsque l’opportunité se présente d’aller un peu plus à la campagne.

Pas questions de blâmer les Crapouillous pour ces hésitations : eux sont tout à fait partants pour voir de nouvelles choses, commencer une crèche à Ruakaka (est-ce que ça les fera encore rigoler dans 2 mois ?). Le jour où j’ai reçu le coup de téléphone annonçant que mon entretien avait été très convaincant, j’ai demandé à table « On y va ? » et Margo a répondu, sûre d’elle, un de ses grands « Oui ! ». Paul, lui, s’est improvisé spécialiste en logistique : « Pour emmener Schnaps et les voitures, c’est facile : on va là-bas en bateau, puis on revient en annexe, et ensuite on met l’annexe sur le toit de la voiture et on roule jusqu’à Whangarei. » Quand j’ai exprimé des doutes face à la distance à parcourir en annexe, Paul m’a rassurée : « T’en fais pas Maman, on ne va pas ramer, on mettra le petit moteur ».

Demain c’est le début d’une autre étape : la nouvelle crèche pour les enfants, un nouveau domaine de travail pour moi, des semaines de 5 jours pour que Tomtom puisse passer du temps sur son projet… De nouveaux environs à explorer le week-end, de nouvelles amitiés à créer, un petit monde à apprivoiser.

Et d’autres objectifs à réaliser : à court terme se refabriquer un petit jardin d’herbes aromatiques, nos autres objectifs de la nouvelle année (faire une annexe à voile en dur, faire des plans pour un refit de Schnaps, faire grandir Crapouillou et Crapouillette), dans 5 ans être prêts à partir pour un autre grand voyage…

 

English version

Whangarei, here we are!

When we started 2017, we decided that it would be the year to leave Auckland. We have been very happy in Auckland, but we didn’t really come to New Zealand to live in a big city. A bit of luck helped in the shape of the perfect job offer, and I got a new job in Whangarei. So after wondering for a time if we really wanted to leave a place where we have made quite a few friends, an ideal location in terms of daycare, medical centre and supermarket, a job that I actually really liked (perfect team, perfect client, perfect topic…), we decided to take up the opportunity and the challenge. Surprisingly, moving from Auckland to Whangarei made us hesitate a bit more than moving from Lorient to somewhere on the other side of the world… but with the next big project in mind (going sailing around the Pacific in 5 years), and remembering that every time we drive to Northland we wonder why we live in a big city, it really made sense to move.

We couldn’t call the move a real sailing trip… Although the weather was really nice, the very light winds made it necessary to use our very loyal (but noisy) motor. To avoid being bored, I threw a line in the water – 3 fish jumped on it before I could even get ready to get them on board, so now the kids believe I am super-fisher-woman (I only kept one) – then I reasonably obeyed the captain who forbid me to fish more (he didn’t really enjoy the smell) and just enjoyed the scenery… (see the photos above in the post).

So here we are, in the Marsden Cove Marina, ready to start a new chapter of our lives. New job, new daycare, new routines, new friendships to build, new places to hike and sail, maybe the possibility to buy a piece of land in the future, definitely a plan to refit Schnaps… we should be busy. But there will still be room for some time with our friends, so if you fancy a refinery visit, or chilling out in Northland, let us know!! (this is valid even for our European friends Shock) )


Cet article en PDF


Le traditionnel premier article de l’année

Certaines traditions sont incompatibles avec l’hémisphère sud. Six Noëls au chaud (le premier en Martinique, les autres en Nouvelle-Zélande), et nous nous sentons toujours aussi désorientés à l’approche des fêtes de fin d’année. A écouter et lire les publicités, à voir se multiplier les pères Noëls, étoiles de neige et sapins dans les vitrines, à écouter les conversations d’autres gens qui se soucient des cadeaux de Noël, on pourrait se convaincre que Noël approche à …

Poursuivre la lecture de « Le traditionnel premier article de l’année »

Grande première

Pour la première fois depuis que Schnaps nous appartient (c’est à dire à peu près 7 ans), j’ai … pris une douche à bord.

Ça ne m’était jamais arrivé avant, car depuis qu’on vit à bord, soit on est en mer ou au mouillage et on se lave dans le cockpit, soit on est à la marina et on se lave aux douches de la marina. Et puis comme de toutes façons je ne prends …

Poursuivre la lecture de « Grande première »

L’article de 2016

Il faut bien l’avouer, 2015 fut une année pauvre en articles de blog. 2016 risque d’être du même acabit, car on n’a pas de grands projets de travaux ou de voyages sur Schnaps pour tout de suite. Ce n’est pas l’envie qui manque, et il y a de grands projets pour un peu plus tard, c’est juste qu’une vie presque conventionnelle avec boulots, ferry/BX, marmaille, ça ne laisse pas beaucoup de temps pour se faire …

Poursuivre la lecture de « L’article de 2016 »

Parlons bien parlons peu

Parlons chiottes.

Sur Schnaps, comme sur pas mal de bateaux à partir d’un certain gabarit, on a des toilettes. Ce sont des toilettes du type ‘WC marin’, dont le principe est très simple : on pompe de l’eau de mer pour rincer la cuvette, qu’on rejette ensuite (la pompe a 2 chambres, une pour aspirer, une pour refouler) chargée de nos grosses ou petites commissions, via un gros tuyau.

Le rejet se fait en général …

Poursuivre la lecture de « Parlons bien parlons peu »

2015 !

Nous y voilà, c’est bien l’occasion d’un petit article de blog… L’occasion de souhaiter à nos lecteurs fidèles malgré nos articles sporadiques une très bonne année 2015 et de donner quelques nouvelles du bord.

Quoi de neuf, donc, depuis le dernier article ?

Sous prétexte que Moussaillonne nous a rejoints, une ribambelle de poilus s’est invitée à bord, portant à 77 (+13 par rapport à l’article précédent) le nombre d’équipiers tout doux. On commence sérieusement …

Poursuivre la lecture de « 2015 ! »

Les poilus du bord

Une semaine plus tard… mouais en fait 10 jours car j’ai trainaillé, mais ce n’est pas plus mal car ça a donné l’occasion à plein de gens de participer. Merci à tous d’ailleurs pour vos participations !!

Le Schnapsipage est formé d’un Tomtom, d’une Clairette, de deux enfants magnifiques… et de 64 peluches. Oui, 64. Même nous on est tombés des nues quand on a compté. Heureusement le moussaillon, qui totalise 43 peluches à lui …

Poursuivre la lecture de « Les poilus du bord »

Petit jeu tout doux

Ça faisait longtemps ! Et puis à vrai dire ça nous amuse de recevoir des commentaires, donc on fait des efforts pour vous donner des raisons de nous laisser des commentaires. Faites-vous donc plaisir, ne soyez pas timides, il n’est même pas besoin de connaître quoi que ce soit à la voile pour ce petit jeu-ci.

Le petit jeu du jour consiste à évaluer le nombre d’équipiers poilus à bord. Par poilus, on ne désigne …

Poursuivre la lecture de « Petit jeu tout doux »

Les renforts de cadène de bas-haubans arrière

Voilà, rien qu’avec le titre, j’ai découragé 80% des lecteurs, donc pas grand-monde ne devrait lire cette ligne ni les suivantes et je vais pouvoir raconter plein de bêtises.

Pour les autres, deux petits dessins pour savoir à peu près de quoi on va causer:

Localisation des bas-haubans arrière sur Schnaps, en rouge

Le renfort dont on va parler est la partie triangulaire dans l’angle entre le pont et la coque, en bas …

Poursuivre la lecture de « Les renforts de cadène de bas-haubans arrière »

Et une équipière de plus !!

Pile à l’heure!

L’arrivée des cigognes pour Margo était prévue pour le 3 octobre dans le référentiel néo-zélandais, qui a une semaine d’avance par rapport à la France (40 semaines de grossesse contre 41, allez savoir pourquoi), et elles ont pointé le bout de leur bec le soir du 9 octobre, soit un jour avant le terme.

Tout s’est très bien passé, les filles étaient sorties de la maternité du cigognoport moins de 24h après …

Poursuivre la lecture de « Et une équipière de plus !! »